Jean-Luc Blanc, Matthew Day Jackson, Alain Declercq, Koenraad Dedobbeleer, Jeremy Deller & Alan Kane, Nathalie Djurberg & Hans Berg, Hubert Duprat, Matias Faldbakken, Sam Falls, Francesco Finizio, Elise Florenty & Marcel Türkowsky, Michel François, Lola Gonzàlez, Laura Gozlan, Sven’t Jolle, Charlotte Moth, Ciprian Muresan, Jean-Marie Perdrix, Andrés Ramirez, Oscar Santillan, Superflex, Sarah Tritz, Franz West

Naturally Obscure

4 juin — 27 août 2016

Pensée en relation à l’exposition « Vernacular Alchemists », présentée au centre d’art contemporain Passerelle durant l’été 2014, « Naturally Obscure » n’en est pas pour autant une suite logique. Là où le premier volet revisitait des formes de culture vernaculaire, des traditions folkloriques, païennes ou paganistes et permettait d’élaborer de véritables mythologies, ce second opus s’ancre dans une toute autre réalité, a priori moins propice à l’évasion. En effet, plus de vingt-cinq ans après les grands espoirs hérités de la chute du Mur de Berlin et la fin de la guerre froide, force est de constater que les évènements ont pris une tournure pour le moins inattendue, bien loin des lendemains qui chantent qui avaient été annoncés. En lieu et place s’est imposé un monde fragmenté, divisé, souvent au bord du chaos, comme en témoignent les évènements survenus en France et en Belgique ces derniers mois.

« Naturally Obscure » s’inscrit nécessairement dans cet air du temps. Néanmoins, si les œuvres des artistes conviés ici font écho à l’instabilité générale, elles cherchent en premier lieu à instiller un peu de magie dans notre quotidien, de manière parfois dérisoire. Loin de proposer un « statement » ouvertement politique ou d’offrir un état des lieux de la déliquescence de nos sociétés contemporaines, « Naturally Obscure » donne à voir un point de vue décalé sur un monde revenu des grandes utopies, en proie à l’instabilité. En tentant de faire naître de nouvelles formes narratives, empreintes de poésie, les artistes invités dépassent les limites du réalisme traditionnel, plus enclin à la narration classique. On... [lire plus]

Commissaires de l'exposition : Antoine Marchand & Etienne Bernard

L’exposition a pu être réalisée grâce au prêt d’œuvres des artistes, du Fonds national d’art contemporain (Paris), des Fonds régionaux d’art contemporain de Bourgogne (Dijon), Champagne-Ardenne (Reims), Nord-Pas de Calais (Dunkerque), Rhône-Alpes / Institut d’Art Contemporain (Villeurbanne), des galeries Samy Abraham (Paris), Escougnou-Cetraro (Paris), Laurent Godin (Paris), Gio Marconi (Milan) et de la collection Philippe Dejacques (Plougastel).