Paulo Arraiano, Rebecca Brueder, Josèfa Ntjam, Pedro Valdez Cardoso

Chasseurs de Tempêtes

14 oct. 2022 — 14 janv. 2023

Chaque jour, des milliers de tonnes de pétrole sont transportées par de grands navires au large des côtes d’Ouessant, en Bretagne, là où les courants turbulents de l’Atlantique rencontrent ceux de la Manche — un endroit connu des marins comme étant la route maritime la plus fréquentée, et ce malgré ses conditions de navigation extrêmes. Chaque hiver, l’Atlantique est le théâtre de la fureur océanique. Le vent souffle, la mer se déchaîne et les rochers sont des dents prêtes à mordre. Dans ces conditions tempétueuses, chaque navire transportant du pétrole représente une menace pour les riches écosystèmes marins et la faune locale. En 1979, le petit village de Portsall a connu l’une des plus grandes marées noires de l’histoire, causée par le naufrage du pétrolier Amoco Cadiz, qui déversa 230 000 tonnes de pétrole brut sur la côte, laissant toutes les plages, rivages et criques des 300 km environnants couverts de pétrole noir, visqueux et toxique. Il a fallu six mois à 40 000 professionnels et bénévoles pour nettoyer le littoral et plus de sept ans pour que les espèces marines, la flore et la faune locales se rétablissent complètement. Suite à cette tragédie écologique, la Marine française a mis en service l’Abeille Flandre, un navire de remorquage d’urgence en haute mer de 80 mètres de long, conçu pour prévenir les catastrophes humaines et écologiques. Avec un équipage de douze marins, communément appelés « Chasseurs de Tempêtes », ce remorqueur de sauvetage français peut affronter les vagues les plus violentes pour sauver les navires en difficulté. Grâce à ces hommes intrépides qui affrontent les colères des flots, aucune tragédie maritime n’a... [lire plus]

Commissariat : Alice Bonnot

Manifestation organisée dans le cadre de la saison France-Portugal 2022

Ce projet est soutenu par la Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France, qui l’a cofinancé dans le cadre du programme EXPOSITIONS GULBENKIAN pour soutenir l’art portugais au sein des institutions artistiques françaises.